Je m’appelle Emmett Phil Coriat et j’ai été victime de cette épidémie de déconnexion de la nature, aussi appelé épuisement professionnel.

Basé à Boston, en tant que partenaire d’une importante société de conseil dans le domaine de la santé, je concluais des contrats à 9 chiffres dans le domaine des technologies de la santé et j’y connaissais un succès grandissant. Suivant un état d’esprit traditionnel d’entreprise déconnectée, je me concentrais sur la performance. Comme un poisson qui essaie de vivre sans eau, et sans savoir comment voir l’eau, j’ai ignoré l’appel de mon véritable foyer, la nature, laissant le stress et l’épuisement s’accumuler sous la surface de mon être intérieur. J’avais oublié que le temps est un voleur et que nous sommes des êtres avec des limites. La vie m’a rappelé brutalement ce fait. J’ai dû faire le deuil de mes deux parents en l’espace de 9 mois (une période vraiment symbolique avec le recul).

Le point de basculement s’est produit avec la fin abrupte de la relation toxique que je vivais. Le tour était joué. Mon cœur était brisé et mon cerveau était brûlé.

Je suis passée de l’épanouissement à la survie en moins d’un an.

Et honnêtement, je ne l’ai pas vu venir !

J’ai crashé.

À contrecœur, je n’ai pas eu d’autre choix que de descendre du tapis roulant.

Comme une mère surchargée d’amour inconditionnel, la nature m’attendait patiemment avec le secret le plus profond de ma santé, tant physique que mentale. Après m’être retiré loin de toute l’agression de la ville sur la terre ferme à la frontière du Québec et du Vermont, j’ai lentement réalisé qu’Elle, la Nature, avait des réponses. Tellement de réponses.

Comme un poisson qui saute dans l’eau, j’ai sauté dans la Nature, et elle m’a sauvé la vie.

J’ai passé un certain temps dans l’Amazonie équatorienne, où le peuple Kichwa m’a enseigné son concept de « santé », Sumak Kawsay, où la relation avec la nature et la terre fait partie intégrante de la véritable santé.

J’avais axé 30 ans de carrière de 30 ans dans les technologies médicales innovantes pour améliorer la santé humaine, mais j’avais oublié le fondement de la santé que notre monde colonisé ignore ou met en péril. La nature ? Vraiment ?

C’est donc à travers une douleur insupportable qu’est venu le lâcher-prise inimaginable d’un état d’esprit désormais désuet.

Profondément inspiré par la Nature, j’ai été formée et certifiée par l’Association de Thérapie de la Nature et de la Forêt* comme praticien de sylvothérapie et guide de Bains de Forêt. J’ai commencé à découvrir que le rétablissement de notre lien avec la nature nous permet non seulement de nous reconnecter à la santé, à notre « être au monde » et à nous-mêmes, mais aussi aux autres. Au cours d’une période de formation intensive de près d’un an, je me suis immergée dans différents types de paysages : des Pyrénées espagnoles aux jungles de l’Asie du Sud-Est, en passant par la frontière Québec-Vermont.

En Chine, auprès de maîtres taoïstes, j’ai appris des techniques pour « fusionner » avec la nature et ressentir par des sens que je n’avais jamais utilisés auparavant. J’ai ainsi appris à demander des informations à la nature et à les canaliser par l’intuition. Je suis devenu un professeur certifié de Zhineng Qigong.

À Heiltsuk Land, en Colombie-Britannique, j’ai été formé à la traque des loups de mer sauvages. J’ai réalisé qu’en pistant les animaux sauvages, nous avons un aperçu de la nature sauvage qui est en nous, les humains, et nous avons l’occasion d’apprendre d’une autre manière.

« Aller lentement pour aller vite ».

J’ai finalement expérimenté ce que cela signifiait. Non seulement de respecter et de prendre soin de ma santé physique et mentale, mais aussi, et c’est tout aussi important, d’accéder à la partie la plus puissante de moi-même en tant qu’être humain et chef d’entreprise : l’intuition qui jaillit de ma véritable « nature ».

Au fur et à mesure que mes expériences d’immersion dans la nature débloquaient mon intuition de manière de plus en plus fiable, j’ai remarqué des effets inattendus sur ma créativité, mes capacités de prise de décision et mon adaptabilité.

Comme si une nouvelle source d’intelligence m’accompagnait partout, mon style de leadership a évolué, changeant la façon dont je maintiens l’espace avec mes équipes et mes clients, pour permettre à plus de co-création d’émerger, en travaillant sur les dynamiques d’équipe tendues. Un nouveau niveau de profondeur dans l’écoute et l’engagement transparaît et brille à travers. Et j’étais en compagnie d’humbles personnages : Steve Jobs, Richard Branson, entre autres, avaient parlé du rôle de la nature dans leur vie.

Et la beauté de ces impacts inattendus était la manière spontanée et sans effort dont ils se manifestaient. Je me suis engagé dans le secret le plus profond de la nature, et elle m’a fourni le reste.

Maintenant, après mon accident, mon crash et ma reconnexion avec la nature, je ne peux plus imaginer la possibilité d’essayer de prendre une décision seul, sans Elle, cette conseillère très spéciale.

"L'esprit intuitif est un don sacré et l'esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et qui a oublié le don."

~ Albert Einstein

Circle_thumbnail-532

Mais en tant qu’expert en technologie des soins de santé, je devais comprendre ce qui m’arrivait ! 

Je n’allais pas me contenter d’avaler cet abracadabra autochtone, n’est-ce pas ?

J’avais besoin de données cliniques !

J’ai donc décidé de lire tous les livres et publications sur le thème de la nature et de la santé.

Et voici ce que j’ai découvert.

La recherche scientifique a maintenant démontré ce que les peuples indigènes savent depuis des millénaires sur le rôle de Mère Nature pour atteindre la santé et notre plein potentiel en tant qu’humains.

La santé, la créativité, le leadership, se manifestent à travers nous lorsque nous ouvrons nos sens. En ralentissant et en laissant nos yeux, notre nez, nos oreilles, nos mains, notre peau et notre bouche faire ce pour quoi ils ont été conçus : échanger et communiquer avec la nature, ses secrets les plus profonds s’ouvrent spontanément !

Et c’est parce que dans un bain de forêt, notre cerveau passe du mode ondes bêta au mode ondes alpha, ce qui signifie que nous résolvons les problèmes à 20 000 000 bits/seconde au lieu de 40 bits/seconde. C’est un demi million de fois plus rapide ! Pas étonnant !

Mais en fait, cela correspond à une découverte récente selon laquelle, en nous concentrant sur notre intellect ou notre esprit rationnel, nous n’utilisons que 20 % de notre matière grise. Lorsque notre cerveau passe en mode d’ondes alpha, nous accédons à une plus grande partie de notre cerveau, ce qui signifie la capacité de récupérer plus d’informations, bien qu’inconsciemment. Ce processus est également appelé intuition.

Comme j’ai été témoin de la puissance des bains de forêt et des immersions multisensorielles dans la nature avec beaucoup de mes amis et clients, j’ai été attiré pour aller plus loin et construire une suite de programmes qui permettraient aux chefs d’entreprise d’utiliser de manière fiable la pratique fondée sur des preuves que j’avais expérimentée et perfectionnée….

Ainsi, fin 2018, j’ai mis en veilleuse ma pratique commerciale d’innovation technologique en santé (http://aec-partners.com/team.html#PhilippeCoriat) pour cocréer avec Nature Natural Leadership, un processus d’apprentissage expérientiel pour diriger au 21e siècle.

Lorsque j’ai fait cette pause en 2018, j’ai eu la chance d’avoir la confiance et la patience de mes clients.

Mais aussi, tout au long de mon parcours, j’ai eu le soutien indéfectible d’un Cercle international d’entrepreneurs dont je faisais partie.

De nombreux membres de ce Cercle, tous entrepreneurs à succès, se sont révélés être de véritables sœurs et frères. Ils m’ont donné l’occasion de tester ce qui allait devenir le Natural Leadership Circle, l’un des programmes que j’ai l’honneur de proposer aujourd’hui.

 

Toute ma gratitude à ces collègues chefs d’entreprise qui ont maintenu en vie et nourri mon rêve.

Au moment où j’écris ces mots, en pleine pandémie de coronavirus, il y a un besoin criant d’une nouvelle race de leaders pour faire face à ce monde VUCA (Vulnérabilité, Incertitude, Complexité, Ambiguïté) dans lequel nous sommes entrés au 21ème siècle.